DIAGNOSUITE

Le projet Diagnosuite constitue également une histoire intéressante, dans la mesure où il s’agit d’un développement soutenu par de grands acteurs de l’industrie, et également par des fonds publics, et qui, au moment où il allait devenir rentable, a été abandonné par les bailleurs de fonds, sans explication particulière.

Le cancer du côlon est le second cancer, en termes de fréquence, chez la femme (après le cancer du sein) et le troisième chez l’homme (après le cancer du poumon et celui de la prostate); les dépistages traditionnels sont souvent limités (toucher rectal pour les cas où le développement est proche du rectum), ou relativement lourds et intrusifs (coloscopie, coloscanner). Des chercheurs ont démontré que l’on pouvait obtenir un excellent pronostic par une analyse multi-gênes réalisée à partir d’une simple prise d’un échantillon sanguin, et d’un analyseur comme par exemple le Light Cycler 480 de Roche. Pour aboutir à un tel pronostic, il fallait importer les données fournies par la machine dans un système informatique, les convertir en un format utilisable, utiliser un algorithme bien précis qui permettait d’obtenir un score; sur cette base, le laboratoire pouvait donner une indication précise au médecin traitant qui  pouvait alors décider de la pertinence d’un examen plus intrusif comme une coloscopie.

Entre un algorithme développé dans un institut de recherche et un service utilisable en production, il y a un monde; le projet Diagnosuite consistait en deux parties :

  1. Développer l’algorithme pour le rendre plus robuste, tolérant aux erreurs, et capable de tracer et documenter son propre fonctionnement. Accessoirement, développer une métrique pour évaluer les performances de l’algorithme dans l’optique d’améliorations futures.
  2. Développer des fonctions permettant l’importation aisée et implicite (donc sans action particulière de la part de l’opérateur d’un laboratoire) de masses de données à partir de l’analyseur Light Cycler, normaliser ces données, développer des canaux de transmission sécurisés pour faire parvenir lesdites données à un serveur Web, qui mette à disposition un environnement d’exécution protégé permettant l’exécution de cet algorithme sans risques d’attaques en vue d’un « reverse engineering », et finalement interprétation des résultats pour la production d’un rapport simple et concis à destination du médecin traitant.

Ce projet fut mené à bien en une année, à l’aide d’un financement privé – public (projet financé pour partir par la Commission pour la Technologie et l’Innovation du département fédéral de l’Intérieur), et le marquage CE fut obtenu en mai 2014, en même temps que le produit fut mis sur le marché. De l’avis des experts de la CTI, le projet fut qualifié de « Success Story ». On disposait d’un service accessible dans le monde entier qui permettait d’obtenir un pronostic fiable sur le cancer du côlon pour un prix relativement modique (CHF 100.- par pronostic, en plus bien sûr des coûts facturés par le laboratoire et le médecin traitant).

Alors que le projet était terminé, et commençait à faire rentrer de l’argent, les bailleurs de fonds de notre partenaire industriel décidèrent soudain d’arrêter tout financement. Actuellement encore, cette décision ne peut s’expliquer : pourquoi dépenser des millions pour soutenir une société dans le développement d’un produit, et lui couper les vivres en la condamnant à mort au moment où le produit est enfin sur le marché ?

L’algorithme comportait une limitation; il n’était valable que pour des génotypes caucasiens. C’est peut-être ce qui a fait renoncer le bailleur de fonds. Le produit est en revanche toujours actif, géré dorénavant par la société NOVIGENIX SA, dirigée pour l’essentiel par la même équipe que précédemment. Le service est de ce fait toujours en place, il fonctionne à satisfaction des laboratoires qui l’utilisent. On ne peut que souhaiter que grâce à un dépistage plus fréquent rendu possible grâce au projet Diagnosuite, les cas de mortalité dus au cancer du côlon diminuent grâce à un diagnostic plus précoce.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.