Les Pets des Dinosaures

A la fin de l’ère Mésozoïque, la température était beaucoup plus chaude (environ 10 degrés, semble-t-il, soit même plus que ce que l’on nous promet pour la fin du siècle) qu’aujourd’hui. Pourquoi ? Plusieurs théories mettent en cause les flatulences des dinosaures. Ce qui n’aurait d’ailleurs rien de très surprenant : on accuse bien les bovidés d’élevage de porter une lourde responsabilité dans l’excès de gaz à effet de serre actuellement; or, au Mésozoïque, les herbivores étaient probablement encore plus nombreux, et aussi beaucoup plus gros ! De plus, ils ont eu plusieurs dizaines de millions d’années, alors que Homo Sapiens n’en a eu que deux, au mieux… Des projections forcément très grossières indiquent que les sauriens émettaient à eux seuls autant (et probablement bien plus) de méthane que nous autres, toutes sources confondues. Il n’est pas impossible que, si les dinosaures avaient survécu, la planète ait continué à se réchauffer sous l’effet de l’accumulation de méthane, jusqu’à devenir trop chaude pour la survie des animaux et des plantes dont ils se nourrissaient. Les scénarios d’un telle évolution sont hypothétiques : dans le pire des cas, notre planète saturée de gaz à effet de serre aurait pu évoluer comme sa voisine Vénus, où la température de surface est de l’ordre de 400 degrés, malgré le fait que cette planète soit dans la zone habitable probable (bien qu’un peu chaude) du Soleil. Dans le meilleur des cas, la planète se réchauffe assez pour éliminer les coupables, mais pas assez pour détruire complètement la végétation qui pourra reconstituer une atmosphère utilisable au fil des quelques millions d’années suivants. Cette atmosphère reconstituée donnera la possibilité à la vie de se développer, et… on pourra recommencer l’exercice avec d’autres acteurs.

Au fait, comment s’en sont sorti les dinosaures ? Eh bien, ils ne s’en sont pas sorti, enfin pas vraiment indemnes, puisque leurs (lointains) descendants actuels sont les oiseaux. La planète les a éliminés, d’abord en produisant des prédateurs de plus en plus gros (comme Tyrannosaurus Rex, apparu tout à la fin de l’ère Mésozoïque), et comme cela n’a apparemment pas suffi, en se réchauffant exagérément pour éliminer les sources de nourriture de ces usines à flatulences qu’étaient les dinosaures herbivores. Il semble que cela n’a finalement pas été assez rapide, et la planète a trouvé le moyen de croiser la route d’un astéroïde un peu plus gros que d’habitude (entre 10 et 100 kilomètres de diamètre tout de même), causant un choc auquel peu d’êtres vivants ont survécu.

Il n’est pas impossible que l’impact de l’astéroïde ayant crée le cratère du Chicxulub ait finalement, en provoquant probablement l’extinction des dinosaures, sauvé la vie sur Terre.

La situation que nous vivons actuellement serait donc similaire à ce que la planète a vécu il y a quelques 60 millions d’années. Sauf que les primates « intelligents » que nous nous targuons d’être avons la conscience (enfin, certains d’entre nous…) de ce qui se passe, et probablement les moyens de limiter les dégâts. Encore faut-il s’y prendre assez tôt pour éviter que la phénomène ne devienne irréversible. Peut-être qu’un astéroïde de bonne taille est déjà sur une orbite intéressante, mais je pense qu’il n’est pas vraiment raisonnable de l’attendre pour se poser des questions…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.