Zermatt, Gornergrat et Riffelberg

Vue sur le Mont Rose
Vue sur le Mont Rose

Le Gornergrat est un endroit unique par sa situation d’éperon rocheux environné de plus de vingt sommets des Alpes, dépassant 4000 mètres d’altitude. Il est de plus très facile d’accès, puisque le train parvient à une vingtaine de mètres du sommet de la crête. Il vaut la peine de se munir de bons souliers et d’un pique-nique pour envisager la descente à pied depuis le Gornergrat à Zermatt. Cette descente s’entreprend d’abord sur un sentier bien marqué qui suit la crète le long de la voie de chemin de fer, puis jusqu’à un lac, le Riffelsee, d’où les photographes se sentiront obligés de photographier le Cervin et son reflet dans le lac, même si plusieurs centaines de milliers de personnes ont déjà réalisé cette photo auparavant.

riffelsee

Ensuite, se diriger vers Riffelberg où il peut éventuellement être l’heure de songer à un apéro-casse-croûte à l’hôtel Riffelhaus. Ensuite, diverses options sont possibles :

  • La gare de Riffelberg peut constituer une option intéressante, soit parce que les genoux protestent, soit parce que le repas a été (trop ?) bien arrosé.
  • L’option Gletschergarten descend en direction de l’ancienne moraine du Gornergletscher; en saison, le parcours est abondamment fleuri. Ensuite, on reviendra vers Furi, puis on pourra éventuellement emprunter les gorges de la rivière Gorner (Gornerschlucht) jusqu’à Zermatt. Cette option est la plus longue et la plus exigeante, mais pas la moins intéressante.
  • On peut aussi rejoindre le luxueux « resort » Riffelalp, et de là rejoindre Furi par un sympathique restaurant qui est situé sur un petit épaulement : en hiver, ce restaurant est au bord de la piste de ski qui joint Riffelalp à Furi. Si les genoux commencent à protester, on peut reprendre le train du Gornergrat à Riffelalp ou à Landtunnel.
  • De Riffelalp, il est aussi possible, éventuellement depuis le restaurant cité plus haut, de rejoindre Winkelmatten et Zermatt par la belle forêt qui domine Zermatt; on évite alors Furi et ses restaurants bruyants pour la forêt. On parvient en fin de parcours à un sympathique restaurant qui permet aussi de reprendre des forces si nécessaire, dans une ambiance pas trop touristique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.