Entre Val d’Hérens et Valpelline

Situation : Arolla, Val d’Hérens

Ce raid circulaire entre le val d’Hérens et la Valpelline peut servir de belle initiation à la Haute Montagne; il permet de s’entraîner à la marche en crampons, à la progression encordée, et de plus fait découvrir une région qui est au cœur des Alpes Pennines. Le trajet aller, très alpin, permet de jouir du point de vue exceptionnel que constitue Tête Blanche, alors que le retour se fait par la route plus débonnaire que suivaient les contrebandiers ou les pèlerins qui se rendaient à Sion pour rendre visite à leur évêque. Attention; le téléphone portable ne passe pas sur une grande partie de l’itinéraire.

Difficulté, altitude : PD, 2000 m à Arolla, Plans de Bertol 2664m, Bertol 3311m, Tête Blanche 3710, col de la Division 3314m, Rif. Aosta 2781m, Prarayer 2010m, Rif. Nacamuli 2818m, col Collon 3082m, prise d’eau des Plans de Bertol 2500m env., Arolla.


 

Horaire :

Arolla-Bertol : 5 heures

Bertol- Tête Blanche- Rif. Aosta : 7 heures

Rif. Aosta-Prarayer-Rif. Nacamuli : 9 heures

Rif. Nacamuli-Arolla : 5 heures

 

Matériel :

Piolet, corde, baudrier, crampons, 2 broches à glace, anneaux

Période favorable :

Juillet-septembre

D’Arolla, monter à la cabane Bertol par le chemin confortable passant par les plans de Bertol. De Bertol, gagner Tête Blanche par l’itinéraire normal; descendre ensuite en direction du col de Valpelline puis suivre rive droite le Haut Glacier de Tsa de Tsan jusqu’à la cote 3300m environ; de là, gagner le col de la Division en traversant le glacier à l’horizontale en direction du Sud. Il est possible, pour les gens pressés, de gagner le col de la Division sans passer par Tête Blanche, en traversant le col des Bouquetins (rochers délités); mais cette course n’est pas faite pour des gens pressés.

La descente du col de la Division est un peu délicate, dans du mauvais rocher; en cas d’affluence, il peut être judicieux de laisser passer quelques cordées avant de se lancer, pour éviter les chutes de pierre provoquées par les autres marcheurs, et accessoirement d’éviter de bombarder ces mêmes autres marcheurs d’ailleurs. Le passage délié est haut de 70m, ensuite de quoi un chemin devient visible dans le pierrier; suivre ce chemin jusqu’au rifugio Aosta où l’on passera la nuit. Le lendemain, il est possible de remonter le même itinéraire pour gagner le refuge Nacamuli, mais ce ne serait pas intéressant. Pourquoi, en effet, descendre au refuge Aosta depuis Bertol si c’est pour aller à Nacamuli ? Il est plus intéressant de descendre la haute vallée de la Valpelline en suivant le confortable sentier qui mêne à Prarayer, au milieu d’un jardin naturel. Au départ de la cabane, le port des crampons est souvent obligatoire.

Arrivé à Prarayer, on peut manger au restaurant-hôtel, mais l’étape est encore longue. On emprunte un chemin qui remonte directement depuis l’hôtel en direction du refuge Nacamuli, aussi appelé refuge du col Collon. Cette montée est longue, certains disent interminable. La cabane est invisible jusqu’au dernier moment, passé une crête escarpée où le chemin est en partie équipé de chaînes.
Du refuge Nacamuli, monter en une heure environ au col Collon. On peut de là descendre directement sur Arolla par le haut glacier d’Arolla, ou remonter encore au col de l’Evêque pour gagner les Vignettes (prudence, quelques crevasses sur cet itinéraire).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.