Chanson pour Christophe

En 1986, Renaud sortait « Mistral Gagnant« , un magnifique album dont j’écoute encore aujourd’hui certains morceaux avec émotion. On se situait après le drame du stade du Heysel, il y avait l’absurde guerre des Malouines, et madame Margaret Thatcher imposait son credo ultra-libéraliste en Grande-Bretagne. Renaud avait inclus dans « Mistral Gagnant » une chanson pleine de haine, irrévérencieuse, dont je n’approuve pas forcément  les postulats, mais qui est par ailleurs magnifique de rythme et pleine d’amour pour les femmes (à part, bien sûr, madame Thatcher…). C’était « Miss Maggie » : un monument de la chanson française, à mon humble avis; un artiste qui exprime sa colère, une certaine indignation avec poésie et mélodie. Et avec irrévérence et -disons-le- injustice parfois. On n’a pas fait mieux depuis. C’est pourquoi je me suis demandé si l’on pouvait adapter ce brûlot de Renaud à d’autres personnes, en particulier dans notre pays de nains de jardin où Reblochon joue un rôle si déterminant (mais pas forcément positif) pour l’avenir du pays  et de sa jeunesse.

J’ai donc essayé timidement de pondre deux couplets sur l’air de « Miss Maggie »; en toute humilité. Je ne suis pas bon parolier; pas même médiocre. Je suis sûr que vous pouvez mieux faire. Merci de me faire parvenir vos couplets, le cas échéant. Et de me pardonner ceux que j’ai eu l’immodestie de commettre.

Mais qui sait ? On arrivera peut-être à faire une chanson ?


 

Vous, politiques de tout poil

Qui polluez l’espace vital

Vous voulez juste être réélus

Même quand votr’âge n’l’permet plus

Je respecte votre travail

Mais beaucoup moins tout l’attirail

D’absurdités dont v’s entourez

Tous vos arguments mensongers

Mais parmi le gros tas de nains

Qui encombrent notre jardin

Y’en a pas trop de délétères

A part peut-être Christophe Blocher


 

Gens de droite, suisses allemands

Gens de gauche, suisses romands,

Ça ne fait guère de différence

C’est tous en gros la même engeance

On est en démocratie

on croit voter pour la patrie.

Y a bien quelques différences,

Mais souvent sans vraies conséquences

Dans ce jeu de majorité

Où perdre c’est comme gagner

Y’en a pas trop d’autoritaires

A part bien sûr Christophe Blocher

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.