Gravé dans…

Valais. Gravé dans mon cœur est le maître-slogan de la communication touristique du canton du Valais (Suisse).

Août 2020, val d’Anniviers, hôtel Weisshorn, 2337 mètres d’altitude. Une journée radieuse après deux jours de pluies et de neiges au-dessus de 2200 mètres. Une fréquentation inhabituelle de cet endroit magique qu’est l’hôtel Weisshorn : si vous n’avez pas réservé, inutile de chercher une place sur la terrasse qui surplombe le val d’Anniviers. Tout au plus pourrez-vous essayer de trouver un siège sur le replat servant de coin pique-nique cent mètres plus loin. Nous avons la bonne fortune de trouver un siège à proximité d’une remorque servant de petit self-service pour ceux qui occupent le coin pique-nique.

Le self-service propose quelques boissons (vins, eaux minérales, sodas) et quelques en-cas (saucisses de veau, cervelas, sandwiches) ainsi que la célèbre tarte aux myrtilles de l’hôtel Weisshorn, une « carte » qui semble à priori assez raisonnable. J’ai eu la mauvaise idée de commander un verre de vin blanc, du Fendant plus précisément. Le verre en plastique est d’une propreté très douteuse, ce qui laisse songeur en ces périodes de Covid-19. La bouteille qui va remplir le verre est une bouteille capsulée d’un litre ouverte probablement la veille, et dont l’aspect laisse augurer défavorablement de la fraîcheur (et la dégustation confirme l’impression anticipée). Quant au contenu… Aucun goût, sinon une certaine acidité. A vue de nez, 51% de raisin déclassé, histoire de pouvoir légalement marquer « Fendant » sur l’étiquette, et 49% de je ne sais quoi (de l’antigel, peut-être) pour compléter le volume. Oui, ben à CHF 6.50 le verre, c’est bien vendu ! Que va penser le touriste de passage qui désire goûter à un verre de Fendant valaisan dans un cadre somptueux ? Il pensera logiquement que le vin valaisan est dégueulasse et hors de prix.

Comment les excellents vignerons-encaveurs valaisans parmi lesquels je compte quelques bons amis (et aussi fournisseurs !) peuvent-ils tolérer que certains hauts lieux touristiques du Valais leur fassent une pareille « publicité » ? Comment le canton peut-il tolérer de pareilles pratiques qui décrédibilisent la production viticole du Valais ?

Valais. Gravé dans ma déception…

Montana-Crans, Cry d’Er, 2258 mètres, juillet 2020

Une belle promenade estivale relie l’arrivée de la télécabine de Cry d’Er à la cabane des Violettes, elle aussi accessible en télécabine. On peut stationner son automobile au départ de Cry d’Er (CHF 8.- à 10.-), et prendre une montée simple en télécabine (CHF 15.-). Il n’est pas possible de prendre un billet aller-retour : il faudrait alors prendre une carte journalière, beaucoup plus chère, mais donnant droit à un rabais dans les restaurants d’altitude (ceux qui, incidemment, appartiennent à la société de remontées mécaniques CMA). Mais bien entendu,on ne décourage pas les pique-niqueurs ! Ben voyons !

Arrivés, après une magnifique promenade d’une grosse heure à la cabane des Violettes, l’accueil est excellent, bien que la terrasse soit pleine :on nous sert hors terrasse avec le sourire, et le vin est ici très correct. Après la collation, nous décidons de revenir sur nos pas plutôt que d’infliger à nos genoux une descente le long des pistes de ski. A Cry d’Er, nous demandons un billet pour descendre. Lorsque je dégaine ma carte bancaire, le préposé me déclare sans rire qu’il n’a pas de quoi lire une carte de crédit ! Il n’a guère de monnaie non plus, mais je parviens à réunir tant bien que mal les 2 fois CHF 15.- qu’il me demande. En échange, je reçois deux petits bouts de carton où la date et le prix sont écrits au crayon à papier !

Bon, vous me direz que ce n’est qu’une anecdote mineure, mais qui vient tout de même après le scandale de l’arrêt brutal des remontées mécaniques lors des vacances de Pâques 2018, et qui s’ajoute à une situation très délicate dans le cadre de deux méga-projets immobiliers (« Lodge de la Reine » et « Aminona Luxury Resort and Village« ) sur le site voisin de Aminona.

Montana-Crans, hôte d’un tournoi international de golf, candidate à l’organisation de Championnats du Monde de ski, après avoir été candidate (avec Sion) à l’organisation de Jeux Olympiques (au fait, j’espère qu’ils ont enlevé le tonneau de mazout au sommet du Cervin depuis), n’accepte pas les cartes bancaires lorsque l’on emprunte les remontées mécaniques à la descente depuis Cry d’Er. Et ceci en pleine pandémie Covid-19 où l’on encourage pourtant fortement le paiement sans espèces et sans contact.

Valais. Gravé dans ma consternation…

La Sage, Val d’Hérens, un 31 décembre…

Le 31 décembre, c’est le réveillon traditionnel de fin d’année. A cette occasion, on a parfois envie de « mettre les pieds sous la table », Surtout lorsque l’on ne dispose pas, dans un logement de vacances, de facilités permettant de se préparer une soirée confortable et gourmande. Après réservation préalable, nous commandons un apéritif, et la patronne nous propose de commander directement le repas, ce qui simplifiera le travail de la cuisine et limitera nos délais d’attente. Bien que pas pressés en l’occurrence, nous obtempérons. L’apéritif arrive quelques minutes plus tard, en même temps que l’entrée ! Nous en faisons la remarque à la patronne, qui rétorque que nous n’avons qu’à boire l’apéro tranquillement, et ensuite nous attaquerons l’entrée. Bon, on veut bien. Sauf que nous n’avons pas encore fini l’apéro que déjà arrive le plat principal ! Et cela va continuer de la sorte puisque l’addition arrive sur la table en même temps que le café. Résultat des courses, nous quittons le restaurant à 21h30. Visiblement, les patrons ont envie de fermer boutique au plus tôt. Comme soirée de réveillon, on a vu mieux !

J’ai renoncé à donner des références précises dans ce cas, car les propriétaires ont changé depuis, et on espère très fort que l’accueil est dorénavant à la hauteur de la vue réellement exceptionnelle que l’on a depuis la terrasse de ce restaurant.

Valais. Gravé dans ma frustration…

Saas Grund, Hohsaas, juillet 2020…

Comme de nombreux Chablaisiens, je suis détenteur d’un « Magic Pass« , Un forfait vraiment sympathique, qui donne envie de fréquenter les magnifiques sites couverts par cet abonnement saisonnier. En 2019, Saas Fee rejoint les stations associées à ce forfait régional : excellente nouvelle ! Sauf que la station de Saas Grund, à 2 km de Saas Fee, décide de faire cavalier seul et n’adhère pas au Magic Pass. Que pensera le touriste muni de ce forfait quand il s’aperçoit, au plus tard dans le tourniquet d’accès de la télécabine, que son forfait valable à Saas Fee ne l’est pas à 2 kilomètres de là, dans la même vallée ? Surtout s’il vient d’Autriche ou des Dolomites italiennes, où les forfaits ont une portée quelque peu différente…

Quel message veut donc véhiculer l’Office de Tourisme de la vallée de Saas en tolérant ce genre de pratique ? Quels magouillages peuvent rendre possible une situation aussi clairement négative pour l’image de marque de cette belle région ?

Valais. Gravé dans mon incompréhension…

J’arrête ici les anecdotes, de peur de lasser le lecteur. Je crains malheureusement, que d’autres touristes que moi pourraient en rajouter de nombreuses. L’accueil est hélas le plus souvent à mettre en cause, peut-être en raison d’une recherche pour le moins maladroite d’un profit à très court terme…

Ceci dit, cela fait des dizaines d’années que je parcours le Valais, et cela reste une région merveilleuse par ses sites et ses paysages, lorsqu’ils ne sont pas trop dégradés par des constructions inappropriées. Les déceptions accumulées en Valais se retrouvent aussi dans nombre de stations des Alpes Bernoises : le Valais n’a pas l’apanage d’un accueil des touristes parfois déplorable. Il faut avoir fréquenté les Alpes dans les pays voisins, Val d’Aoste, Dolomites et Vorarlberg pour ne citer que les plus proches, pour se rendre compte de la différence que représente un véritable accueil pour le plaisir d’un séjour de vacances.

Alors, Valais, gravé dans mon cœur ? Euh… oui, quoique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.