Les mélèzes en feu de Prarion

PrarionLa clairière de Prarion constitue un microclimat au-dessus d’Isérables; abrité du vent, le vallon des Mayens de Riddes comporte, outre le village d’Isérables, aussi la station de la Tzoumaz, et est de ce fait relié au complexe skiable des 4 vallées. Traditionnellement, la visite de ce site en été se fait depuis Nendaz et Tracouet, ainsi que décrit sur divers sites, dont celui de Switzerland Rando, par exemple. Cet itinéraire est certes attractif, car entièrement en descente, et il permet d’avoir une excellente vue d’ensemble de cette forêt de mélèzes dont certains spécimens font penser à la forêt de Fangorn du célèbre cycle du Seigneur des Anneaux. Mais il a un défaut rédhibitoire, c’est de dépendre de l’ouverture de la télécabine de Tracouet. Or, cette dernière installation fermait le 19 octobre en 2014, alors que les mélèzes n’ont pas encore acquis leur couleur jaune orangé caractéristique de l’automne.

Il vaut la peine d’attendre les derniers jours d’octobre pour gagner Prarion en voiture depuis la station de Haute-Nendaz. Du départ de la télécabine de Tracouet, continuer sur la route en direction d’Isérables sur une distance de près de 4 kilomètres (à un moment, la route redescend légèrement en direction d’Isérables), et repérer un chemin non goudronné, mais carrossable, qui se dirige vers Prarion sur la gauche. On atteint Prarion après un bon kilomètre dans une forêt magnifique. Il est possible de continuer sur cette route en direction de la cabane de Balavaud et de Tracouet, mais on préfèrera laisser la voiture au parking au-dessus du restaurant « le Chalet des Alpes » dont on appréciera la belle terrasse au retour de la promenade, si toutefois il est toujours ouvert (en 2014, il avait fermé ses portes le dimanche 2 novembre).

De là, on emprunte le sentier pédestre bien balisé qui commence par suivre le chemin carrossable, puis qui monte relativement sèchement parmi les mélèzes. Ces mélèzes sont parmi les plus vieux d’Europe; certains d’entre eux sont certainement âgés de plus de 800 ans; une étude de l’Ecole Polytechnique de Zürich a même avancé le chiffre de 1000 ans pour les plus vieux. Certains de ces monstres sont tellement monumentaux qu’il faut sept personnes se tenant par la main pour en faire le tour ! Lorsque l’on s’élève dans la clairière, la vue s’élargit sur le massif du Mont Blanc qui émerge au-delà de la Croix de Coeur, et le Bas-Valais dominé par les Diablerets, le Grand Muveran, le Chavalard, et les Dents du Midi au loin. Fin octobre, début novembre, la lumière d’automne fait exploser les contrastes entre le jaune orangé des mélèzes et les premières neiges sur les sommets.

Prarion3SCR

On montera jusqu’à la cabane de Balavaud, voire jusqu’à Tracouet (compter deux heures et demie depuis Prarion) pour redescendre le long de la route jusqu’au restaurant où la terrasse (ainsi que la carte des mets d’ailleurs) mérite une visite approfondie.

DSC_2818

Image 1 parmi 12

Une réflexion sur « Les mélèzes en feu de Prarion »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.