La vache en bois

Peut-être avez-vous eu, vous aussi, le plaisir d’entendre les vœux de Nouvel An de notre nouveau président de la confédération helvétique, monsieur Ueli Maurer (par ailleurs aussi responsable du département des Finances, après avoir été en charge du département de la Défense de 2009 à 2016), membre de l’Union Démocratique du Centre (UDC, parti de droite, voire très à droite, malgré l’appellation centriste dont il se réclame).

Pour résumer ce que j’en ai retiré, deux points me semblent avoir été mis en exergue : les valeurs traditionnelles de notre pays, symbolisées par une vache en bois trônant sur le bureau du président de la Confédération, et le progrès technologique, représenté par un smartphone dont on peut supposer qu’il trouve place dans la poche de veston de ce même président. Bon, je n’ai pas eu l’occasion de vérifier, mais il y a tout de même une bonne chance que ces deux symboles portent la mention « Made in China »; mais ne soyons pas tatillons.

Ce discours optimiste est vraiment rassurant; je l’ai beaucoup apprécié. Au milieu de la crise des Gilets Jaunes qui pourrissent le réveillon de monsieur Emmanuel Macron, et des querelles sur fond de Brexit qui assaisonnent désagréablement la dinde aux marrons de madame Theresa May, voici des vœux qui accompagnent de manière agréablement insipide la fondue chinoise de fin d’année. Après avoir écouté ce laïus, on est parfaitement rassurés sur le déroulement de l’année 2019 en Helvétie; il ne s’y passera rien de désagréable. Probablement qu’il ne se passera rien du tout d’ailleurs; en tous cas, c’est l’impression que laisse ce message.

Le réchauffement climatique n’est plus un thème de discussion; nous faisons tout juste, en Suisse, grâce à nos usines hydroélectriques qui nous fournissent une électricité propre (bon c’est vrai qu’on importe un peu d’électricité de l’Union Européenne, mais comme on ne sait pas comment elle est produite, ce n’est pas un problème). D’ailleurs, on va démonter nos centrales nucléaires; bon c’est vrai que Beznau est encore plus vieille et plus pourrie que Fessenheim ou Fukushima; mais on vous dit qu’on va la démonter bientôt, alors arrêtez de pinailler. D’ailleurs, les Suisses sont tellement meilleurs que les Français ou les Japonais que l’âge canonique de la centrale de Beznau ne présente aucun danger, parce qu’elle est idéalement entretenue par un personnel suisse hyper-qualifié (on a renoncé à former des réfugiés pour la maintenir en état; on aurait dû leur apprendre en plus le français ou l’allemand pour que tous nos ministres puissent communiquer avec eux…). Et notre parc automobile devient progressivement électrique; monsieur Ueli Maurer lui-même est un fervent amateur de cyclisme, même qu’à une époque, il venait au travail en vélo, c’est vous dire ! On a un ministre qui montre l’exemple, alors on ne peut que faire tout juste, n’est-ce pas ?

L’Union Européenne ? Tout va bien, on a des accords solides avec nos partenaires, d’ailleurs ils dépendent plus de nous que le contraire. Où achèteraient-ils de l’Emmental ou du chocolat au lait si on n’était pas là, je vous le demande un peu ! Et il faut bien que leurs champions de tennis aient un endroit où habiter à l’abri d’institutions fiscales trop gourmandes, et leurs grosses fortunes un endroit pour planquer leurs avoirs, même si la place financière helvétique a vu son attrait diminuer quelque peu ces dernières années. Par ailleurs, si l’accord-cadre avec l’UE ne peut pas se conclure (à l’image de l’accord sur le Brexit), il restera la solution de l’adhésion, issue il est vrai moyennement populaire dans les cercles du parti de notre président de la Confédération.

La Défense Nationale ? Après avoir subi une mémorable veste en 2014, monsieur Ueli Maurer s’est débarrassé de ce département quelque peu encombrant en le refilant à son collègue de parti Guy Parmelin, qui s’est lui-même empressé de remettre la patate chaude à la nouvelle venue madame Viola Amherd. On peut supposer que cette dernière n’a pas eu trop le choix… Nous aurons donc de beaux avions de combat (au fait, bon courage pour défendre le dossier, madame Amherd !) pour sécuriser nos frontières et nos banques; encore que pour les banques, ce n’est pas gagné : la défense contre les attaques informatiques présente quelques lacunes, mais rassurons-nous, qui de droit va corriger le tir ! C’est d’ailleurs très impressionnant de constater que chez nous, il suffit de la durée d’une école de recrues pour former des spécialistes à même de tenir en échec les méchants informaticiens ennemis du monde entier; nous sommes vraiment très bons, nous les Suisses, et c’est rassurant.

On pourrait continuer à passer en revue les thèmes d’actualité; mais cela ne servirait qu’à nous rassurer davantage, si faire se peut. La vache en bois de monsieur Ueli Maurer, président de la Confédération Helvétique, va nous garantir une très bonne année 2019. J’en profite pour vous présenter également mes propres vœux, même si, à défaut d’être en bois, ils macèrent quelque peu dans une infusion de sarcasmes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.