Chère UDC…

Le 26 novembre, au lendemain de la fessée subie par l’ UDC sur son initiative isolationniste, Roger Köppel  jouait les Calimero sur l’antenne de la Radio Suisse Romande sur le ton « Les gens votent contre l’UDC, sans même réfléchir à l’objet discuté, simplement parce que c’est l’UDC ». Il sous-entendait que c’était profondément injuste, que les adversaires politiques ne jouaient pas franc jeu, et même qu’ils manipulaient des « fake news ». Monsieur Köppel, qui édite la Weltwoche, s’y connaît pourtant en fake news, lui qui a dénoncé l’impéritie des Suisses romands en regard des alémaniques, les qualifiant de « Grecs de la Suisse », à une époque où la Romandie affichait un taux de croissance ridiculisant la région zurichoise…

Evidemment, s’il se fonde sur ses camarades romands de parti pour juger de la qualité des Romands, il a quelques excuses à faire valoir. Il y a le Saviésan Oskar, qui ne s’est pas rendu compte que ce n’était pas en courtisant Marène Lapine qu’on gagnait des élections en Valais. Il y  a aussi Yvan-le-pas-terrible, habitant la Côte-aux-Fées (NE). Cette localité a la particularité d’abriter des fées de couleur. Il y a la Fée Verte, la Bleue, ainsi que les quatre Roses (d’origine nord-américaines, elles : des réfugiées, probable ?) qui toutes s’invitent semble-t-il très souvent chez Yvan… Et puis il y a Céline-pas-Dion, qui a parfois des démêlés avec la police lorsqu’elle passe par un contrôle inopiné d’alcoolémie au volant : heureusement qu’il y a tonton Guy à qui elle peut passer un coup de fil pour savoir comment réagir ! Bon, elle, c’est plutôt du côté du petit coup de blanc que cela pêche, mais le résultat est assez proche tout de même. Passons sur le Nid de Guerre genevois, avocat de son état, ou le Lucky Jean-Luc Valaisan qui pense que la sécurité passe par la possession d’une arme. Oui, il y a des Romands un peu spéciaux, et ils ne cotisent même pas tous à l’UDC !

Non, monsieur Köppel, vous n’êtes pas victime d’une cabale contre votre parti; ou alors, c’est vous qui l’avez provoquée, et ce pourrait être un exercice salutaire pour votre groupe de faire un peu d’introspection en compagnie de votre maître à penser Reblochon. Votre parti a fait son nid avec des discours très typés, centrés sur des problèmes existant ou non que vous avez su mettre en exergue en exploitant l’insécurité de certains et les indiscutables moyens financiers dont disposent les plus influents de vos membres. Mais votre discours n’a pas su évoluer; or, dans la « vraie » vie, ce qui n’évolue plus meurt… Il n’en va pas autrement des idées et des discours politiques, ne vous en déplaise. Le désaveu de votre parti est aussi bien le fait d’un ras-le-bol du discours frileux et isolationniste des vôtres que de l’arrière-plan un tantinet nauséabond véhiculé par vos idées.

Le manque d’évolutivité du discours n’est, en vérité,pas l’apanage de l’UDC. Le discours politique des écologistes a lui aussi de plus en plus de peine à s’imposer, parce qu’il passe son temps à culpabiliser les gens au sujet de leurs douches, de leurs moteurs diesel ou du steack dans leur assiette, et ceci depuis plus de vingt ans. Comment peut-on encore prendre au sérieux ces recommandations, alors qu’au Brésil on élit un président qui promet de lever toutes les restrictions au déboisement (cela risque de ramener la pollution automobile à une aimable plaisanterie), et qu’aux Etats-Unis, l’homme le plus puissant de la planète (enfin, lui au moins en est persuadé) pense ouvertement que les scientifiques sont tous des cons ? Avoir raison n’est ni nécessaire, ni suffisant pour convaincre; ceci est valable pour l’écologie comme pour  l’autodétermination. Le discours des Verts tend également à lasser, mais en ce qui me concerne, je trouve le ras-le-bol engendré par les Verts beaucoup plus inquiétant que l’effet analogue constaté envers l’UDC. 

L’UDC a obtenu ses premiers succès grâce à une publicité abondamment financée par les grosses fortunes de certains de leurs membres; mais là non plus, la technique n’a pas évolué. Lors d’une promenade en Haut-Valais au mois d’octobre, j’ai utilisé un car postal pour rejoindre la « civilisation » après une magnifique marche de plusieurs heures dans les mélèzes en feu de l’automne. Ces cars postaux diffusent en boucle des informations et de la publicité sur des écrans : toutes les deux minutes (voire peut-être moins) repassait la même publicité pour voter « OUI » à l’initiative de l’UDC. Si je n’avais pas été d’ores et déjà persuadé que cette initiative était néfaste, les vingt minutes de trajet m’auraient irrémédiablement convaincu qu’il fallait refuser cette initiative : un sujet qui a besoin d’un tel matraquage pour convaincre ne saurait être pertinent. Et je ne parle même pas de la qualité plus que douteuse de la pub; le simple fait que quelqu’un l’ait jugée nécessaire est significatif de la pauvreté de la thématique. Mais bon, je ne suis qu’un gréco-romand à l’échelle de monsieur Köppel, après tout; je ne puis comprendre les motivations des vrais bons suisses de Zurich…

Mais je ne doute pas que l’UDC se trouve bientôt un nouveau cheval de bataille; ils ont de l’imagination, les bougres. Même si imagination n’est pas raison…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.