Marcel Jaton

Marcel Jaton est le père du gestionnaire du site. Architecte, amateur de montagne et aquarelliste, il a acquis la maison située « Sous les Monts » en 1950, et l’a progressivement retapée.

balconMarcel Jaton est né le 25 juillet 1891, à Bière, dans le canton de Vaud, Suisse, de Henri Léonard Jaton et Lise Julie Fleury. Il était donc tout à fait apte, à 23 ans, à s’engager au service de la Suisse lors de la première guerre mondiale de 1914 à 1918. Il l’était toujours d’ailleurs, à 48 ans, pour être engagé lors de la deuxième guerre mondiale de 1939 à 1945, mais en vétéran cette fois, ce qu’en Suisse on nommait « landwehr ». La « landwehr » a aujourd’hui disparu; heureusement.
Toujours est-il que Marcel Jaton a vécu deux guerres mondiales en tant que membre actif, et cette expérience a bien sûr profondément influencé sa vie, comme celle de tous ceux qui ont dû passer par cette expérience.

filasses
Très tôt (dés l’âge de vingt ans, si l’on en croit les œuvres parvenues jusqu’à nous), il s’éveille au dessin et à la peinture, mais aussi et surtout à la montagne. La précision de son trait alliée à une remarquable rapidité d’exécution lui permettent d’emporter son matériel à peinture avec lui dans ses courses de montagne, et de réaliser ses œuvres « in situ », en quelques minutes, accroupi sur un caillou ou dans la neige, dans des conditions météorologiques parfois exécrables. Il essaie aussi d’allier son travail et sa passion artistique en choisissant le métier de dessinateur. Sa carrière sera hélas fortement perturbée par les deux guerres traversées, et il devra attendre l’entre-deux guerres pour obtenir un diplôme d’architecte qu’il ne pourra exercer réellement qu’après la deuxième guerre mondiale.

peinture

Sa passion pour la montagne, et pour le ski, va le conduire au fil des années sur pratiquement tous les 4000 des Alpes, et ceci à une époque où les déplacements ne sont guère aisés pour des gens peu fortunés. Souvent, les déplacements se font à vélo, sac de montagne lourdement lesté (corde de chanvre, crampons en acier, piolet en bois, subsistance, etc…) sur le porte-bagages : depuis Lausanne, relier le Valais n’est pas toujours facile, et s’encombrer d’un nécessaire de peinture pourrait rebuter certains. L’aquarelle demande moins de matériel que la peinture à l’huile, toutefois, et c’est certainement un des motifs qui ont poussé Marcel Jaton à centrer son oeuvre sur cette technique plutôt considérée comme mineure. En revanche, la boîte de crayons de couleurs est également du voyage, ce qui fait somme toute, avec le papier un lest d’un kilo et demi supplémentaire. L’équivalent d’un reflex numérique moderne avec un objectif supplémentaire; mais tout de même un peu moins de rapidité à effectuer une prise de vues…

lues2

A skis, il sera dans les années 20, l’un des pionniers du virage parallèle. Il amènera ses skis en hickory massif de 2m10 de long et pesant près de 10 kilos au sommet du Dolent, et sur beaucoup d’autres sommets encore actuellement considérés comme pénibles, alors que le poids du matériel est devenu incomparablement plus faible. Il ramènera une trace peinte ou dessinée de pratiquement toutes ses courses. Son amour de la neige et de l’hiver est également très visible dans son oeuvre : les paysages de neige sont en effet très bien rendus, comme si la sensibilité donnait une dimension supplémentaire à l’aquarelle.

lues

Pour se rapprocher de sa montagne, lui qui travaille à Lausanne, il loue un chalet sans confort aux Collatels sur Bex, dans le Chablais Vaudois. Cette location aura une influence déterminante sur lui, puisque c’est dans cette région qu’il décidera finalement de s’établir, en acquérant la propriété des Monts sur Bex, actuellement habitée par son fils, et hôte du site Web que vous visitez en ce moment.
Sa peinture est influencée par le choix du Chablais Vaudois comme lieu de résidence; les sujets vont beaucoup tourner autour de cette région, et la Cime de l’Est des Dents du Midi, figure emblématique de la région, ainsi que le Grand Muveran, vont constituer des modèles que l’on va retrouver très fréquemment dés cette période. Ceci va s’accentuer par la suite, dés que ses obligations d’une part, et l’âge d’autre part ne lui permettront plus qu’occasionnellement de faire de grandes courses.
La fin de sa vie sera marquée par la maladie d’Alzheimer, celle qu’à cette époque, on appelle « artério-sclérose cérébrale ». Curieusement, au plus fort de sa maladie, quand il ne reconnaîtra plus ni femme ni enfant, il parviendra à identifier aisément les sommets, en particulier les sommets qu’il a peints en aquarelle.

Marcel Jaton est décédé le 6 mai 1969.

Sur cette même page, vous pourrez voir un tout petit extrait de ses œuvres; je vous invite également à vous promener à l’aide des pages mises en lien dans son œuvre très riche, en dessins,  et surtout en aquarelles. Les reproductions que vous trouverez sur ce site sont de qualité médiocre; elle ne sont là que pour vous donner une idée de l’aspect des œuvres, et ne donnent pas vraiment une représentation fidèle des œuvres originales. Si vous êtes intéressé par l’une ou l’autre peinture, veuillez contacter directement le responsable du site, au moyen du formulaire de contact. Je vous souhaite un beau voyage parmi les peintures de Marcel Jaton.

Partager :