Autour de la Pointe de Drône

La région du Grand St. Bernard constitue un paradis pour le randonneur, aussi bien en été qu’en hiver. De la balade épicurienne de quelques petites heures, agréablement interrompue par une assiette de viande séchée-verre de fendant au raid de plusieurs jours comprenant la France, la Suisse et l’Italie, (tour du Mont Blanc, par exemple) tout y est possible. Passage historique des Alpes (Napoléon, bien sûr, mais avant lui probablement les légions romaines, voire peut-être même les éléphants d’Hannibal, plus prosaïquement les contrebandiers de tout poil), le col constitue en effet le point de passage le plus facile entre la vallée du Rhône et la plaine du Pô. La ballade proposée ici permet de faire un tour d’horizon de la région, puisqu’elle permet de voir successivement trois aspects du massif du Grand St.Bernard :

  • A l’Est, le massif du Grand Combin et le Vélan
  • A l’Ouest, le Mont Blanc
  • Au Sud, le Grand Paradis, la Grivola et le val d’Aoste

Bien sûr, plus loin, on distingue les Alpes Bernoises, le plateau suisse, la vallée du Rhône et le Jura, mais c’est essentiellement les trois éléments ci-dessus qui font le caractère de la région du Grand St. Bernard. De plus, cette randonnée tout de même assez exigeante (entre 5h30 et 6 heures) passe par les lacs de Fenêtre, un des plus beaux endroits de la région !


Difficulté : P (piéton; attention aux plaques de neige en début de saison, surtout sous le Pas des Chevaux)

Altitude, Dénivelé : Hospice 2469m, Pas des Chevaux 2714m, Petit Lé 2436m, Col des Chevaux 2754m, Lacs de Fenêtre 2456m, Fenêtre de Ferret 2698m

Horaire : 6 heures de l’hospice à l’hospice

Matériel : Bons souliers, Pique-nique, à boire; en début de saison, plusieurs secteurs restent enneigés longtemps. La traversée de certains couloirs peut dés lors s’avérer délicate. Prévoir une cordelette de 20m en 8mm, et un piolet pour tailler l’une ou l’autre marche.


 

De l’hospice du Grand St. Bernard, accessible par automobile postale à partir de fin juin, généralement, parfois plus tôt, redescendre une trentaine de mètres sur la route versant suisse; on repère à gauche en descendant un sentier qui quitte la route, indiqué d’ailleurs un peu plus haut par un panneau indicateur jaune du tourisme pédestre suisse. Emprunter ce sentier bien marqué, sans difficultés, jusqu’au passage des Chevaux (2714 m). De là, la vue s’ouvre sur le massif du Mont Blanc. On peut descendre directement sous le col en direction de la combe de Drône (chemin bien marqué), ou suivre un autre sentier qui part au Nord-Ouest et qui suit plus ou moins horizontalement le fond de la combe de Drône. Les deux sentiers se rejoignent à l’altitude 2581m, mais le second permet de rester à plus haute altitude. En revanche, si les névés persistent, le premier sentier sera probablement plus confortable, bien qu’il faille descendre plus bas.
Du Petit Lé, remonter vers le col des Chevaux (2754m), bien visible au Sud des Monts Telliers. La descente sur les lacs de Fenêtre peut être périlleuse en présence de neige, mais le chemin est bien marqué et on atteint facilement les lacs de Fenêtre à 2456 m d’altitude, d’où une descente sur La Fouly en deux heures est possible.

LacsFenetreLes trois lacs de Fenêtre sont magnifiques; mais le plus beau est celui vers lequel on ne s’arrête pas généralement, car il est situé à l’écart du chemin. C’est le lac supérieur de Fenêtre (le plus élevé en altitude) : se dérouter de quelques dizaines de mètres pour découvrir ce joyau alpin est indispensable.

Lac de FenetreRemonter ensuite vers la Fenêtre de Ferret, où on admirera les fleurs de rocailles magnifiques et les bouquetins qui se promènent souvent dans les rochers au Nord du col.

Col de Fenetre, Bouquetin

Col Fenetre FleursPuis on revient sur l’Italie par des chemins toujours bien marqués. La solution de facilité est de suivre le chemin qui rejoint la route du col en contrebas. Un peu au-dessus de la route, il est possible d’emprunter un sentier pas toujours bien marqué, qui dépasse d’abord un petit promontoire, puis rejoint le col et l’Hospice à l’horizontale. Il est aussi possible d’utiliser un sentier à peine marqué qui part quelques 30 mètres sous le col en direction générale Est-Sud-Est, franchit un petit col sur une arête bien visible sur la gauche en descendant, et qui finit par rejoindre le sentier évoqué précédemment. Attention tout de même à une traversée de barre rocheuse nécessaire avant de parvenir sous le col : elle peut être dangereuse, les rochers sont glissants et délités, et le chemin est très mal marqué. Le but est bien sûr de rejoindre le col du Grand St.Bernard à la douane italienne pour clore le périple.

Le chemin « normal » rejoint la route près de deux fermes d’alpage au bord de la route Napoléon; après avoir traversé la route, le sentier muletier historique nous ramène au col en une petite vingtaine de minutes.


Si l’itinéraire proposé plus haut vous paraît trop ambitieux, il est possible d’admirer les merveilleux lacs de Fenêtre plus facilement; la méthode la plus simple consiste à traverser en voiture la frontière au col du Grand St Bernard, descendre sur l’Italie, et parquer quelque 100 mètres après une galerie, à proximité de deux fermes d’alpage. De là part un chemin bien marqué indiqué par des numéros, ainsi qu’il est d’usage en Italie. Le sentier à suivre est le 13 A qui mène au col de Fenêtre et aux lacs. Le retour se fait par le même chemin.


Il est également possible de réaliser une jolie traversée au départ d’Orsières, en empruntant le car postal (vers 09h00 au départ de la gare d’Orsières) pour l’hospice, en rejoignant l’itinéraire précédent depuis l’hospice, et en continuant en direction de Ferret et de la Fouly depuis les lacs de Fenêtre. Le car postal ramène ensuite depuis la Fouly vers Orsières. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.