Col de Barasson (Grand Saint Bernard)

Lorsque l’on chausse les peaux de phoque au départ de Bourg St.Bernard et que l’on emprunte la route à destination de l’hospice, on est immédiatement pris dans une cohorte de skieurs qui suivent la route; si certains obliquent bientôt à droite pour aller en direction des inévitables Monts Telliers, une majorité suit fidèlement l’itinéraire de l’hospice. En résumé, la promenade manque un peu d’ambiance (ah! la splendide solitude des cimes immaculées…).

Arrivé pratiquement sous l’hospice, au moment où la route traverse la Dranse pour escalader les derniers lacets rive gauche, une combe peu pentue s’ouvre au Sud; une ligne à haute tension s’engouffre dans cette combe qui est rarement parcourue par les skieurs. Au fond de cette combe un peu sur la droite en montant, se trouve un col qu’emprunte aussi la ligne à haute tension d’ailleurs. Sans gloire, cette course en vaut néanmoins largement la peine. Peine toute relative, car la course est à la portée de tout débutant, et les efforts sont si modestes qu’on n’hésitera pas à se charger d’un pique-nique digne de ce nom ainsi que de tout produit liquide que l’on pourrait considérer comme reconstituant.

Cette promenade est faisable très tard dans la saison, souvent même au mois de juin, à condition de partir de bon matin. La combe est très peu pentue, et une neige molle risquerait de condamner les retardataires à pousser pendant la descente. La vue du col est magnifique sur le Mont Blanc et la vallée d’Aoste. En arrière-plan se profilent la Vanoise et le Grand Paradis, et plus loin, au sud-est, on devine les brumes de la plaine du Pô…

 

2 réflexions sur « Col de Barasson (Grand Saint Bernard) »

  1. Bonjour, c’ est avec des notes de musique que l’ on écrit une baLLade et avec » un l » que l’on se promène. …même avec si c’est avec 2 jambes …sans rancune.Merci pour le descriptif

    1. Frères humains qui après nous vivez
      N’ayez les cœurs contre nous endurcis,
      Car, se pitié de nous pauvres avez,
      Dieu en aura plus tost de vous merciz…

      Merci; une remarque toutefois : une ballade avec deux « l » ne s’écrit pas forcément avec des notes, comme le suggére le début de la ballade ci-dessus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.